Dix ans, ça donne le temps de faire quoi?

Je viens de terminer la lecture d’Écotopie, d’Ernest Callenbach. Très intéressant.

Le roman, qui a été écrit en 1974, raconte la visite d’un journaliste étatsunien en Écotopie, un territoire qui a fait sécession des États-Unis en 1980. L’action se déroule en 1999 — 25 ans dans le futur au moment sa rédaction.

Dès les premières pages on se trouve interpellé:

« Le temps a fait passer un peu le choc de la Sécession et il nous apparaît maintenant que la naissance de l’Écotopie, qui frappa les esprits de l’époque par sa nouveauté, se classe en réalité dans une suite de phénomènes analogues. Le Biafra a tenté de faire sécession d’avec le Nigeria en 1969, le Bengladesh s’est séparé du Pakistan en 1971. La sécession écotopienne de 1980 a été suivie en 1983 par celle du Québec d’avec le Canada.»

M’enfin…

Le récit est composée par une alternance de notes que le journaliste prend dans son journal personnel pendant sa mission, et de textes qu’il envoie à New York pour publication.

L’impression qui se dégage de l’ensemble est très étrange.

L’auteur a vu juste sur beaucoup de choses qui prennent forme concrètement aujourd’hui — 45 ans plus tard. On y reconnaît aisément le système des Bixi, qui fonctionne très bien à Montréal (avec ses travailleurs qui le replacent aux bons endroits en fin de journée en prévision du lendemain), la place qu’a prise la visioconférence dans nos vies, certains éléments des principales réformes scolaires, la légalisation du cannabis, l’avènement de l’impression à la demande et de l’autoédition, la transformation des modèles d’affaire des médias, etc.

Pour d’autres choses, l’auteur semble être passé à côté (pour ce qu’on peut en constater en ce moment du moins): la place occupée par le plastique, l’évolution des mœurs sexuelles, des sports et des loisirs en particulier. Le financement des universités et des services de santé aussi.

L’évolution de l’aménagement urbain me semble pour sa part suivre la tendance qu’Ernest Callenbach entrevoyait… mais infiniment plus lentement. La voiture individuelle, notamment, résiste encore à laisser sa place.

Malgré tout ça, c’est une lecture inspirante à un moment où les changements climatiques nous obligent à repenser bien des éléments de notre quotidien.

Une chose m’a beaucoup frappé: l’importance pour la stabilité de la société écotopienne que les citoyens connaissent et comprennent bien le fonctionnement de l’État. Cela implique évidemment des règles simples et claires, même si elles doivent pour cela être imparfaites — tant pour l’impôt que pour les lois. Et beaucoup de transparence, notamment pour les principaux investissements réalisés par le gouvernement. On en est encore loin…

***

La lecture m’a surtout laissé avec une question importante — une question qui m’avait aussi habité au moment de rédiger mon histoire personnelle du Québec de 1989 à 2019. Qu’est-ce qui peut réellement se passer dans l’histoire d’une société dans une période de dix ans? Qu’est-ce qui est possible durant une telle période?

Dix ans: c’est le temps qu’il a fallu aux États-Unis pour aller sur la lune.

JF Kennedy, 12 septembre 1962: « Nous avons choisi d’aller sur la Lune au cours de cette décennie et d’accomplir d’autres choses encore, non pas parce que c’est facile, mais justement parce que c’est difficile. Parce que cet objectif servira à organiser et à offrir le meilleur de notre énergie et de notre savoir-faire, parce que c’est le défi que nous sommes prêts à relever, celui que nous refusons de remettre à plus tard, celui que nous avons la ferme intention de remporter, tout comme les autres. »

21 juillet 1969: Neil Armstrong met le pied sur la surface lunaire.

***

Quels sont, dans l’histoire du Québec, les projets que nous avons décidé de mettre en place et qui se sont réalisés sur une période de dix ans, ou à peu près?

De quel ordre sont les objectifs qu’on pourrait se donner cette année avec l’espoir de les voir se réaliser d’ici 2030? — si on y consacre les efforts suffisants.

Et quelles conditions sont nécessaires à la réalisation d’objectifs de cette envergure?

Autre chose à réfléchir dans les prochaines semaines.

2 réponses sur « Dix ans, ça donne le temps de faire quoi? »

    1. @Daniel: merci! Et n’hésite pas à réagir aux prochains textes / éléments de réflexion — le résultat n’en sera que plus riche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

About Clément Laberge