Prédire

On est de plus en plus conscient du fait que Google et d’autres services en ligne accumulent des tonnes d’informations à notre sujet en conservant des traces de notre utilisation d’Internet.

Cet article de Presse Citron en donne un aperçu: on peut consulter dans le détail toutes les recherches qu’on a faites sur Google il y a dix ans, par exemple. Je l’ai fait pour mes recherches de janvier 2010: c’est fou! Je peux en déduire plusieurs de mes déplacements, des mandats qui m’occupaient, des cadeaux que j’ai offerts, certains repas que j’ai préparés, etc.

Il faut aussi mettre ça en parallèle avec cet article de Nesta, qui nous dit que toutes ces traces nous permettront bientôt de disposer d’un double numérique de nous-mêmes qui nous permettra de tester l’impact potentiel de certains de nos choix dans le futur… vertigineux!

Et si on prend ça à l’échelle de toute une population, d’une nation… alors là!

Il faut bien réaliser Google que dispose de la synthèse de toutes les recherches faites par presque tous les Québécois et les Québécoises il y a dix ans (et à tout moment, en temps réel — avec archives comparatives).

Grâce à cela, il pourra éventuellement disposer d’un double numérique de la population québécoise… et possiblement tester les impacts de différentes décisions (personnelles et collectives) sur la suite des choses.

Qu’est-ce que ça implique au moment de réfléchir à ce qu’on devrait faire de la prochaine décennie? À réfléchir…

3 réponses sur « Prédire »

  1. Ce constat est conforme à la réalité. Au premier abord, ça me fait peur, parce que je suis « décodée » on me connaît, on me reconnaît et on peut alors me conduire dans certaines voies sans qu’en j’en sois consciente. Peut-être même en me faisant sentir que « je choisis ». Ça me fait réfléchir sur les conséquences du système démocratique que nous avons. Oui, utiliser mon droit de vote est important. Mais les campagnes électorales sont formatées, les enjeux choisis en fonction de la campagne. Les candidats ont peu de marge de manœuvre à cause de l’esprit de parti. Je réfléchis avec toi Clément, je suis sensible à ce qui passe dans les classes, et à la préparation des enseignants. Je reste convaincue que le programme de formation de l´ecole québécoise, avec ses compétences transversales et les domaines généraux de formation constitue le canevas approprié pour former nos jeunes, mais il est temps que les universités qui preparent les enseignants, s’approprient cette vision de l´Education pour le XXI siècle. C’était Le titre du apporté Corbo d’il y a 20 ans. C’était visionnaire, ça se retrouve dans les 4 premiers chapitres du Programme de formation de l’ecole Québécoise. Ça devrait être une lecture obligatoire pour les futurs enseignants. Dans le contexte actuel de pénurie, les jeunes bacheliers de différentes disciplines qui ont le gout de participer à la formation des plus jeunes, pourraient s’imprégner de cette vision (ce serait un apprentissage obligatoire) et rentrer dans les classes.

  2. Le rapport Inschauspe a suivi le rapport Corbo. C’est dans ce document qu’a été mentionné le terme « compétences transversales » qu’on a choisi de garder dans le PDF. Nous avions aussi comme élément de reflexion le « GOAL 2000 » du gouvernement américain. C’est en s’inspirant des réflexions consignées dans ces rapports que les équipes de conception de conception du PDF ont poursuivi la réflexion et conçu le PDF. Vingt ans plus tard, il me semble qu’a partir de l’esprit de ce programme, qui devrait être la référence, il y aurait du chemin à faire en raison de l’arrivée du numérique. Mais, il y a de l’espace pour bonifier en s’appuyant sur l´esprit du PDF, qui se retrouve dans les 4 premiers. Je continue de me demander si les université qui forment les maîtres en s’y référant. Lorsque je recevais est stagiaires (il y a longtemps), certains de ces futurs maîtres n’avaient jamais vu le PDF. Pourtant c’est le programme national dans lequel la Sion du de la mations de nos jeunes est inscrite. Elle peut évoluer, mais en attendant c’est le document référencée. On dirait que ce sont surtout les maisons de publication de manuels scolaires qui ont lu le PDF et essaient de le traduire. Mais pour utiliser au mieux le matériel, il faut saisir l’esprit. Je fais du bénévolat dans une école primaire et je suis tellement heureuse quand je vois des enseignants concevoir des situations d’apprentissage complexes qui développent une ou des transversales, qui touchent le comportement, en utilisant une intention des domaines généraux, et évidement leurs compétences disciplinaires qui, généralement recoupent d’autres compétence disciplinaires. Ces enseignants sont vraiment alors des éducateurs qui préparent les jeunes pour le XXI e siècle, comme le rêvait Corbo.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

About Clément Laberge