Vaincre le confort du défaitisme

Benoît m’a envoyé un extrait de Enlightenment Now, de Steven Pinker.

« The financial writer Morgan Housel has observed that while pessimists sound like they’re trying to help you, optimists sound like they’re trying to sell you something. Whenever someone offers a solution to a problem, critics will be quick to point out that it is not a panacea, a silver bullet, a magic bullet, or a one-size-fits-all solution; it’s just a Band-Aid or a quick technological fix that fails to get at the root causes and will blow back with side effects and unintended consequences. Of course, since nothing is a panacea and everything has side effects (you can’t do just one thing), these common tropes are little more than a refusal to entertain the possibility that anything can ever be improved. »

C’est un point de vue qui me semble important au moment où il me semble nécessaire de définir projet de société qui tiendra compte des défis qui se présentent à nous, au Québec.

Il ne faut pas tuer les idées trop vite, parce qu’elles seraient imparfaites, ou risqueraient d’avoir des effets indésirables. Parce que sinon, on se condamne à l’immobilisme et au statu quo.

Il faut valoriser celles et ceux qui proposent, qui osent tenter quelque chose — celles et ceux qui se retroussent les manches.

Il faut (ré)apprendre à accueillir les idées et les propositions par des « oui, et… ».

Il faut se méfier des « non, mais… ».

C’est une formule défaitiste, qui veut la plupart du temps dire « ça ne sert à rien d’essayer ça… ».

C’est une formule qui révèle souvent que la personne qui parle préfère avoir raison, au prix du statu quo, que de voir quelqu’un d’autre réussir à améliorer la situation.

On doit sortir des sentiers battus, combattre le confort du défaitisme.

Mettre en place les conditions d’une véritable conversation démocratique, comme le décrit bien Normand Baillargeon dans Le Devoir de ce matin.

Photo: Une œuvre de Geneviève De Celles, photographiée en novembre 2012, à la galerie l’Espace contemporain.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

About Clément Laberge