Commencer par ralentir…

J’ai découvert hier le travail de Éric Holthaus, qui est responsable du dossier climatique pour The Correspondent.

On peut aussi faire connaissance avec lui en regardant cette vidéo, dans laquelle il explique que son objectif est de redéfinir la conversation sur le climat («Reshape de climate conversation»).

Éric Holthaus a écrit une vingtaine de textes pour The Correspondent jusqu’à présent — la plupart très intéressants. 

Quelques extraits:

Dans Why i’m joining as Climate correspondent:

«That’s what this moment in history requires of us: to be open to re-examining our expectations and to prepare for as-of-yet unimaginable opportunities for a better future.

There is no chance of decarbonising the entire world economy, at breakneck speed, if we don’t have a clear vision of the futures we are working toward. (…)

It’s not enough just to imagine a world without fossil fuels, we need to imagine a world where we care more deeply about each other.»

Dans On doing enough:

« I’m living in a capitalist utopia. Like many of you, I’ve been taught that the way to create change is to work harder. That truism – coupled with the very real scientific finding that rising emissions are fundamentally and catastrophically altering our planet’s life support system – makes me constantly feel as though we are running out of time, and I am partly responsible.»

Dans Slowing down to speed up the fight against climate change:

« Slowing down is exactly what it looks like to be doing the right thing amid a climate emergency. Slowing down your thoughts and movements is a radical departure from business as usual. »

Dans Climate change is about how we treat each other:

« Worse than the way we talk about this moment in history is the realisation that the narrative of climate apocalypse is not a catalyst to action. Instead, it helps reinforce the business as usual trope… »

Dans The promise of #climatetwitter:

« In my years and years on Twitter, here’s what I’ve learned: the main benefit of social media is to listen, not talk. By focusing on listening, I am guaranteed to discover new ideas that can change my perspectives and broaden my view of the world. »

Et, finalement, dans The necessity of imaging a better world:

«For 2020, this is what you’ll be getting from me at The Correspondent: a commitment to justice, community building, and the celebration of a visionary future worth fighting for.»

Ce texte aborde, entre autre, la tentation autoritaire devant l’ampleur et l’urgence climatique.

Même dans l’urgence (et peut-être surtout dans l’urgence), les solutions devront être trouvées dans un contexte démocratique — et peut-être même plus démocratique que jamais, en fait (une réflexion sur laquelle je reviendrai d’ailleurs dans les prochains jours).

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

About Clément Laberge