Bilan de campagne

Bonjour tout le monde.

Merci de vous être déplacés pour faire le bilan de la campagne dans Jean-Talon.

Je veux vous dire pour commencer que je suis très satisfait de cette campagne.

Ma deuxième en à peine plus d’un an.

Une élection causée, rappelons-le, par la démission de Yves Bolduc, qui n’était pas intéressé par le rôle de député.

Je peux vous dire que ça été une campagne particulièrement agréable et où j’ai pu rencontrer tous les objectifs que je m’étais fixés.

***

Le 4 mai quand nous nous sommes rencontrés, ici, au Quai des cageux, la veille du déclenchement, j’ai dit que je souhaitais faire du rôle du député un enjeu central de l’élection.

Et c’est ce que j’ai fait. Tous les jours.

Et pas que dans les mots. Dans les gestes aussi.

Avec succès.

J’ai été à la rencontre des citoyens et j’ai invité les citoyens à me rencontrer.

J’ai eu le courage de prendre position quand j’ai constaté que la voix des citoyens n’était pas entendue ou risquait de ne pas l’être, alors que mon adversaire libéral tentait chaque fois d’éviter les questions délicates.

***

J’ai pris position en faveur du maintien de l’arena Jacques-Côté et de la place publique associée, parce qu’elle est essentielle à la qualité de vie du quartier;

J’ai pris position pour une révision du PPU de Sillery et pour une intervention du ministère de la Culture dans ce dossier, parce que c’est nécessaire pour la préservation et la mise en valeur du site patrimonial;

J’ai aussi porté à l’attention des citoyens les risques liés au passage des trains d’hydrocarbures qui circuleront le long du boulevard du Versant Nord si les projets du Port de Québec vont de l’avant.

Je me suis toujours exprimé de façon constructive, en m’appuyant sur une connaissance approfondie de ma circonscription.

Alors que dans tous ces dossiers, mon adversaire libéral s’est contenté de répéter des généralités ou de reprendre la cassette de son parti.

***

Franchement, quand mon adversaire libéral se vante d’avoir fait une campagne positive.

Je pense qu’il confond campagne positive et campagne sans idée, sans position, sans engagement.

Je pense qu’il faut le redire: faire de la politique utile, ce n’est pas seulement répéter ce que dit le bureau du premier ministre.

***

Je remarque aussi qu’au fur et à mesure que la campagne a progressé, la CAQ et Québec Solidaire ont progressivement aligné leurs positions sur celles que j’avais prises.

Je vous invite d’ailleurs à relire les interventions de la CAQ au cours de la campagne à la suite des miennes, vous aller constater à quel point la reprise est frappante.

Du dossier de la tête des ponts, que les libéraux ont choisi de cacher aux citoyens les plus concernés, au PPU de Sillery, on croirait que le candidat de la CAQ marchait toujours un pas derrière moi.

J’ai même eu l’impression en lisant le journal de ce matin qu’Alain Fecteau avait fait son bilan de campagne en relisant mes communiqués de presse.

***

Ce que je retiens le plus de cette campagne, c’est l’appétit des citoyens de Jean-Talon pour avoir un député accessible, actif et rassembleur, qui n’a pas peur de prendre position, même quand ça dérange, peut-être surtout quand ça dérange.

Ils savent que c’est ça faire preuve de leadership.

Les gens sont vraiment tannés que Jean-Talon serve d’ascenseur privé pour les ambitions personnelles des amis du Parti Libéral — et se retrouver ensuite avec comme représentant quelqu’un qui a les mains liées.

Les gens sont aussi tannés de sentir qu’ils n’ont pas de pouvoir sur l’agenda de leur député.

C’est pour ça d’ailleurs que me suis engagé à organiser tous les mois, si je suis élu, une assemblée publique, non partisane, dont les citoyens vont déterminer l’ordre du jour.

Je pense que c’est le meilleur moyen de  rester branché sur les priorités du monde de Jean-Talon.

Parce que c’est le plus l’essentiel dans le rôle de député.

***

Au cours des quatre dernières semaines, les citoyens ont pu voir que je n’ai pas peur de dénoncer, de prendre position et de me battre, mais aussi de mettre des solutions de l’avant et de prendre des engagements, dans une circonscription que je connais très bien.

Je termine cette campagne en demandant aux citoyens de Jean-Talon d’envoyer un message clair à Philippe Couillard, de lui dire qu’ils en ont assez de sa façon de faire de la politique et qu’ils ne devront plus jamais être tenus pour pour acquis.

Je les invite à aller voter pour le seul candidat qui peut battre les libéraux lundi dans Jean-Talon et défendre leurs intérêts avec vigueur dans les trois prochaines années.

Je les invite à voter pour Clément Laberge et le Parti Québécois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s