Projets de loi contre l’obsolescence programmée

«California’s Right to Repair Bill, killed by Big Ag and Apple, has been reintroduced»

— À lire sur boingboing.net/2019/03/20/thinking-different.html/amp

Et une démarche semblable est en cours au Québec, sous l’impulsion d’un groupe de professeurs et d’étudiants de l’Université de Sherbrooke:

— À voir sur https://ici.radio-canada.ca/tele/le-telejournal-18h/2016-2017/segments/reportage/111528/obsolescence-programmee-technologie-jeunes

Données personnelles et design d’interface

«Le laboratoire d’innovation numérique de la CNIL (LINC) publie son 6ème cahier Innovation et prospective, La Forme des choix – Données personnelles, design et frictions désirables : une exploration des enjeux du design dans la conception des services numériques, au prisme de la protection des données et des libertés.»

— À lire sur linc.cnil.fr/fr/cahier-ip6-la-forme-des-choix-0

Silicon Valley isn’t just a technostate – it’s something much bigger

«We are faced with a remarkable situation in which a conglomeration of private companies both own a significant part of modern social infrastructure, but are also lobbying to extend that power into other spheres: urbanism, education, governance and more. »

— À lire sur www.theglobeandmail.com/opinion/article-silicon-valley-isnt-just-a-technostate-its-something-much-bigger/

Le journal intime et le Web

Sympathique mise en abîme ce matin… mon journal personnel m’indique qu’il y a deux ans à pareille date il y avait un article dans Le Devoir au sujet des journaux personnels à l’ère du Web:

Le journal intime, version Web

Ça fait un peu plus que six ans que j’utilise DayOne, et depuis deux ans je n’ai pratiquement pas manqué une journée.

C’est de plus en plus satisfaisant à mesure que le temps passe.

La métamorphose annoncée de Facebook

Mark Zuckerberg vient de publier un long texte dans lequel il annonce une toute nouvelle vision pour Facebook — presqu’à l’opposée de ce que la plateforme est devenue au fil des ans:

A Privacy-Focused Vision for Social Networking

Mes premières réactions:

  • Il faut un énorme culot pour plaider l’importance de la vie privée comme il le fait et affirmer tout bonnement qu’il sera fier si Facebook peut aider à faire évoluer le monde dans cette direction. Après les scandales à répétition des dernières années, c’est tout simplement inouï.
  • Ne soyons pas candides: Zuckerberg n’a pas eu une révélation, pas plus qu’il n’est soudainement convaincu de l’importance de la vie privée des autres. La pression sur Facebook et ses actionnaires est seulement devenue intenable. Il n’était juste plus possible de résister, ni même de continuer à s’excuser bêtement avant de promettre de s’améliorer. Le mensonge était devenu insuffisant. Il fallait changer de stratégie.
  • Les six principes que Zuckerberg évoque pour guider la transformation de Facebook ne sont pas nouveaux. Ce sont même à peu de choses près les principes fondateurs du Web… auxquels Facebook a délibérément contrevenu pour bâtir son empire.
  • Ce que Zuckerberg nous demande aujourd’hui c’est de l’excuser pour avoir corrompu le web à son profit depuis quinze ans: «Je suis désolé… mais réjouissez-vous, on va pouvoir recréer ensemble tout ce que je me suis entêté à bousiller.» Thanks but no thanks.
  • Tant qu’à moi, avant qu’on accorde la moindre confiance à la nouvelle vision de Zuckerberg, il faudra qu’il d’abord explique comment il va transformer le modèle d’affaire de Facebook, qui fait aujourd’hui de l’argent comme de l’eau en manipulant l’attention, le temps et la psychologie (voire la santé mentale) de ses usagers.
  • Le problème de Facebook est bien plus profond que la simple question de la vie privée.

J’ai quitté Facebook il y a presque un an.

Je ne m’en porte que mieux.