Un président hacker?

Oh que voilà une information intéressante: Beto O’Rourke, candidat à l’investiture démocrate a fait partie d’un groupe de hackers dans sa jeunesse:

Beto O’Rourke’s secret membership in America’s oldest hacking group

L’article me rappelle tellement de souvenirs… mais surtout, me permet de croire (d’espérer) qu’on a enfin là quelqu’un qui connaît remarquablement les rouages, l’ADN, des réseaux et de la culture numérique.

Still, it’s unclear whether the United States is ready for a presidential contender who, as a teenager, stole long-distance phone service for his dial-up modem, wrote a murder fantasy in which the narrator drives over children on the street, and mused about a society without money.

Je vais certainement m’intéresser de très près à sa campagne.

(article découvert via Sentiers, infolettre éditée par Patrick Tanguay)

Des fake news ici?

Les fake news (infox), et autres formes de manipulation de l’opinion publique à l’ère des médias sociaux, n’ont pas pris cette ampleur sans l’aide de personnes qui y trouvent leur intérêt.

Sébastien Provencher porte à notre attention que le journal Le Monde s’est penché sur le sujet:

Des milliardaires américains financent discrètement des campagnes de désinformation en Europe

On aurait tort de penser que ce genre d’influence ne s’exerce pas déjà sur la politique canadienne et québécoise… et qu’elle ne s’exercera pas avec une intensité particulière quand le mouvement indépendantiste reprendra des forces.

On ne peut tout simplement pas penser l’avenir sans intégrer cette variable dans l’équation. Inutile, par exemple, d’envisager un nouveau référendum sans tenir compte de ce problème.

Faire autrement c’est au mieux cultiver une illusion… et plus probablement carrément irresponsable.

P.S. Sébastien me signale qu’une de ces usines à infox, mentionnées dans l’article et financées par ces milliardaires, est canadienne. https://en.wikipedia.org/wiki/The_Rebel_Media

Favoriser l’engagement

Il y a deux ans j’avais noté ce texte de Fabrice Vil dans Le Devoir, écrit dans le contexte de l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois en politique partisane:

Les sauveurs de la démocratie

Le texte était dur pour GND. Il soulignait l’importance de l’engagement de tous, de toutes les façons, pour que la démocratie fonctionne.

«Une saine démocratie ne demande pas seulement que nous choisissions le politicien qui nous semble le meilleur. Elle demande que nous mettions en place les conditions nécessaires pour que chacun participe.»

Ça devrait être au coeur de nos réflexions par les temps qui courent.

Tirer profit de son insomnie…

J’aime beaucoup l’infolettre The Optimist, du Washington Post.

Cette histoire qui y était publié il y a quelques semaines est incroyable…

The video of my dad appeared unexpectedly from a kind stranger. It gave me chills.

«I have lifelong insomnia so I watch a lot of old game shows on YT when I can’t sleep (…) About 6 years ago, I decided to put it to good use and it’s been worth every second to bring a smile to someone’s face, joy to their heart or comfort to their soul.»

La démocratie et le vote

Un texte très intéressant publié dans le New York Times, qui fait réfléchir sur la manière dont la forme des élections pèse parfois sur les résultats qu’on obtient.

How a Bizarre Massachusetts Election Explains the Brexit Chaos

Dans un contexte où les réseaux sociaux influencent parfois indûment l’opinion publique, il me semble que cela doit alimenter une réflexion en profondeur, notamment sur le référendum comme forme d’expression démocratique. Une question qui est fondamentale pour les indépendantistes, notamment.